Accueil > Pierre sur pierres ... > 40 idées reçues sur les TRANSPORTS ...

40 idées reçues sur les TRANSPORTS ...

samedi 17 février 2024, par André-Jean

André Broto enfonce le clou un peu plus de deux ans après Transports - les oubliés de la République. Avec ses 40 idées reçues il écarte les affirmations de comptoir, quelques convictions erronées, mais également certaines solutions bureaucratiques et technocratiques trop souvent suivies par des responsables politiques empressés d’attacher leurs décisions à des mesures emblématiques ou des investissements spectaculaires.

André Broto insiste à nouveau ici sur les déplacements longs du quotidien, d’une dizaine à quelques dizaines de kilomètres. Ceux-ci concernent un bon tiers des ménages, aujourd’hui en France. Souvent peu argentés, répartis dans des habitations dispersées loin des centres métropolitains, ils ne peuvent, pour la plupart, être desservis par les transports en commun lourds (Métro, RER, train de banlieue, tram, bus en site propres, ou même bus urbains). Ces habitants, citoyens, n’ont souvent d’autre solution que de perdre leur temps et leur argent, seuls dans leur voiture individuelle au milieu des embouteillages. Les déplacements longs du quotidien représentent plus de la moitié de tous les kilomètres parcourus en voiture et la même proportion des pollutions atmosphériques liées à ce moyen de transport.
Une nouvelle fois, André Broto montre, chiffres à l’appui, que notre pays répond moins bien que plusieurs autres, riches ou moins riches, aux besoins d’une part significative de leurs populations [1]. Ne nous étonnons pas que la France rate ainsi son objectif de réduction des émissions de GES [2] des transports, son premier secteur d’émission.

Or des infrastructures importantes existent avec un réseau routier aujourd’hui mal employé. Celui-ci est plusieurs fois par jour encombré par des voitures particulières avec leur conducteur isolé. Les rues, routes, et autoroutes pourraient être bien mieux utilisées avec des parking de regroupement, des bus de rabattement, des voies réservées et des covoitureurs. Or, les exemples existent, testés favorablement, y compris en France, ou au paradis de la voiture individuelle en Californie, qui, moyennant de faibles investissements, permettent d’apporter rapidement des réponses peu onéreuses aux besoins des habitants et citoyens des zones à faible densité de population travaillant loin de chez eux. Notre pays affirme placer haut la priorité de lutter contre les changements climatiques. Pourquoi, malgré le succès des Bus Macron, traine-t-il plus que les autres à déployer ces moyens efficacement expérimentés ? Pourquoi les mêmes errements sont-ils à déplorer pour les transports de marchandises ? Comment y remédier ?
C’est à ce type de questions que cet ouvrage apporte des réponses et des suggestions de bon sens, mais toujours solidement documentées.


Voir en ligne : 40 idées reçues sur les TRANSPORTS



Recevez la lettre-info de Sentiers en indiquant votre adresse électronique :


[1Suisse, Espagne, Singapour, Brésil, etc. sont notamment mentionnés avec des exemples réussis

[2GES : gaz à effet de serre

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.